Analyse Transactionnelle

Analyse Transactionnelle

Crée aux Etats-Unis à la fin des années 1950 par le docteur Eric Berne, l’analyse transactionnelle s’est largement développée depuis dans tous les domaines notamment dans la vie des organisations. Désormais bien installée en France, elle est de plus en plus connue des professionnels et de tous ceux qui sont soucieux de leur propre développement. L’analyse transactionnelle part de l’observation des comportements décrits avec les mots de tous les jours. Elle utilise des concepts simples et des procédures de changement qui traitent des réalités très concrètes.

C’est une approche systémique qui permet de mieux se connaître soi-même, de développer l’art du contact, de la communication et de l’utilisation de son temps, de sortir des conflits…

Dans ce concept, Eric Berne distingue notamment trois « états du moi » qui forment l’identité de l’individu : le parent (la conscience morale), l’adulte (l’attitude neutre et rationnelle) et l’enfant (l’affectivité) constitutifs de l’identité personnelle avec leurs faces positives et négatives. Chaque état du moi est constitué de plusieurs éléments avec pour chacun une part positive et une part négative.

  • Ainsi, le « P» (parent) est constitué d’un Parent Normatif ou Parent Critique « PNf » qui est Protecteur dans sa part positive et dit Persécuteur dans sa part négative et d’un Parent Nourricier « PNr » qui est positif quand il « Donne des Permissions » ou négatif quand il est « Sauveteur ».
  • L’adulte « A» est soit « Objectif » soit « Contaminé » par le Parent et/ou l’Enfant
  • L’enfant « E» sera, lui, composé de trois éléments. L’Enfant Libre « EL » qui est  « Créatif – Amusant » si positif ou « Inadapté – Pas sérieux » si négatif. L’Enfant Adapté Soumis « EAS » qui est « Facilitant » ou « Timide ». L’Enfant Adapté Rebelle « EAR » qui est « Accrocheur » ou « Râleur ».

Nous possédons tout en nous, avec des ordres et des proportions différents. Tous les Etats du moi doivent être fluides et communiquer aisément entre eux.

 

Ces postures s’expriment dans les interactions (transactions) entretenues avec autrui afin de donner et de recevoir des signes de reconnaissance.

Eric Berne en a repéré trois catégories :

Les transactions simples appelées également transactions parallèles ou l’art d’être sur la même longueur d’onde. Chacun répond à l’autre suivant son attente et selon le canal de communication qui vient tout naturellement, que ce soit positif ou négatif.

Les transactions doubles appelées également transactions croisées ou l’art de ne pas être sur la même longueur d’onde. La réponse n’est pas la réponse attendue. Elle surprend, étonne, vexe, fait peur, etc. La communication est coupée. Ce n’est pas l’état du Moi espéré qui est utilisé par l’interlocuteur.

Les transactions tangentes appelées également transactions cachées ou l’ambiguïté normale de l’être humain. Elles sont à « double fond ». La transaction visible est différente de la transaction cachée. Les actes ne correspondent pas à l’intention. Le niveau caché est plus ou moins ressenti et compris par la personne mais, même peu conscient, il est en général le niveau décisif pour la transaction et l’interlocuteur répond en fonction de ce qui est vécu et ressenti par lui au niveau caché.

Cette approche psychologique est bien entendue bien plus complexe que cela et comporte et décrit bien d’autres aptitudes qui constituent notre personnalité.